Électricité verte certifiée et biogaz

Avec Clean Fleet, les flottes roulent à l'électricité verte certifiée et avec une part de biogaz librement choisie.

Contenu:

Électricité verte certifiée: Les flottes de Clean Fleet roulent avec de l’électricité verte certifiée

La protection du climat et la préservation de la biodiversité sont deux objectifs environnementaux majeurs. Ils sont étroitement liés et doivent être abordés de manière coordonnée. Les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et du Conseil mondial de la biodiversité (IPBES) indiquent clairement que la perte des espèces et le réchauffement climatique comptent parmi les plus grandes menaces. La richesse des espèces, ainsi que les écosystèmes intacts contribuent à atténuer les effets négatifs du changement climatique. Les zones avec une riche biodiversité constituent souvent de grands réservoirs de carbone, par exemple les marais ou les zones alluviales.

Électricité renouvelable n’est pas égale à électricité verte

L'électricité renouvelable est un premier pas pour abandonner l’énergie fossile. Cependant, des problèmes environnementaux subsistent. L'utilisation de l'hydroélectricité altère l'état de nombreux cours d'eau. À l'avenir, la pression sur les lacs et rivières devrait encore augmenter en raison de l'expansion de l'hydroélectricité.

L'électricité verte certifiée «naturemade star» est nettement plus écologique que l'électricité renouvelable. Elle protège le climat, ainsi que la nature. Cette électricité provient exclusivement de centrales hydroélectriques, solaires, éoliennes ou de biomasse certifiées. Ces centrales répondent à des exigences environnementales strictes pour préserver autant que possible la biosphère pour la flore et la faune entourant les installations. En Europe, le label «naturemade star» est le plus strict pour l'électricité verte.

Pour plus d’informations: Rapport fédéral sur l'environnement 2018 (pages 107 à 117)

L'électricité, un bénéfice pour la nature

L'électricité verte rend quelque chose à la nature. Pour chaque kilowattheure d'électricité vendue à partir de centrales hydroélectriques certifiées «naturemade star», un centime est reversé à un fonds écologique. Celui-ci finance des revalorisations écologiques à proximité des centrales électriques. De nouveaux espaces de vie sont créés qui favorisent la biodiversité.

Exemples:

  • Renaturer et revitaliser les berges et les anciens cours d’eau
  • Construire de nouveaux étangs
  • Promouvoir, préserver et revitaliser les paysages des zones alluviales et les marais
  • Installer des escaliers à poissons et castors

Chaque année, environ 10 millions de francs sont investis dans des améliorations écologiques. Cela signifie que 15 kilomètres de rivières et de berges lacustres peuvent être redynamisés et 30 hectares d'espaces de vie naturelle peuvent être revitalisés ou nouvellement créés.

Une flotte Clean Fleet de 10 voitures électriques permet de revitaliser 200 m2 d’habitat naturel.*
Petit supplément de prix – gros gain pour la nature

Le prix des carburants fossiles est élevé. De plus, il a été sujet à de fortes fluctuations durant la dernière décennie. Dans la comptabilité d'une entreprise, les coûts liés au carburant ne sont pas anodins.

En revanche, les coûts énergétiques des voitures électriques sont bien inférieurs. Le coût supplémentaire pour l'électricité verte «naturemade star» est minime. En effet, le supplément est nettement plus faible que les fluctuations des prix de l'essence ou du diesel. Par contre, le bénéfice pour la nature est substantiel!

Source des données: Shell, Repower

Valeur CO2 des véhicules électriques

Pour les véhicules électriques, l'outil en ligne de Clean Fleet comptabilise 0g d'émissions de CO2, à condition toutefois que l'exploitant de la flotte achète de l'électricité verte certifiée. Dans l'outil, l'utilisateur peut soit télécharger une preuve d'achat de l’électricité verte certifiée, soit commander directement l’électricité verte certifiée via Repower, le partenaire de Clean Fleet.

* Par véhicule : 20 000 km/an ; 4 000 kWh/an ; Durée de la flotte : 4 ans

Biogaz: Plus la part de biogaz est élevée, moins de CO2 est émis

Les véhicules à gaz bivalents sont alimentés en biogaz à hauteur d'un cinquième dans le réseau gazier suisse. Plus la quantité de biogaz utilisée est importante, plus les émissions de CO2 diminuent.

Le biogaz est une énergie renouvelable

Le biogaz est produit par la fermentation de déchets organiques tels que les déchets verts ou les boues d'épuration. Une tonne de déchets biologiques permet de produire 50 à 300 mètres cubes de biogaz, contre 25 mètres cubes par tonne pour le lisier. Avec une tonne de biodéchets, les véhicules au gaz naturel parcourent en moyenne plus de 1’600 km sans impact sur le climat.**

Il est également possible de produire du gaz synthétique ou du gaz renouvelable à partir de l'électricité renouvelable excédentaire (procédé Power-to-Gas). La vidéo de l'Association Suisse de l'Industrie Gazière (ASIG, gaz energie) (partenaire de Clean Fleet) explique le processus de production de gaz renouvelable.

Le biogaz neutre en CO2 présente le meilleur écobilan de tous les carburants pour véhicules.

Réduire les coûts avec le biogaz / gaz naturel

Par rapport aux voitures diesel et essence, les véhicules à gaz permettent de réaliser des économies. Cela s'explique notamment par la taxe sur les huiles minérales, qui est réduite sur les carburants au gaz naturel. Le biogaz est totalement exonéré de la taxe sur les huiles minérales.

Hypothèse: distance parcourue par voiture de 20'000 km/an

Valeur CO2 des véhicules à gaz

Pour les véhicules à gaz, l'outil en ligne de Clean Fleet calcule une valeur CO2 en partant d'un rapport de 80/20 pour le gaz naturel resp. le biogaz. Les entreprises Clean Fleet peuvent augmenter librement la part de biogaz dans l'outil en ligne et saisir le justificatif correspondant. Les émissions de CO2 de la flotte d'entreprise peuvent ainsi être réduites.

** 1 mètre cube de biogaz correspond à 0,6 litre de carburant pour les véhicules au gaz naturel. En supposant une consommation de 6,5 litres / 100 km, cela donne une autonomie de 9,2 km. Une tonne de biodéchets permet donc de parcourir en moyenne 1’610 km (175 mètres cubes * 9,2 km).